" Plus d’un demi-siècle d’histoire… et d’activités au service des plus déshérités, des personnes en difficulté sociale, des personnes en situation de handicap… "

1948... 2008 Voilà deux dates qui nous rassemblent

…Pour ce faire, des hommes et des femmes, vous présents, ont œuvré et œuvrent au sein de la Sauvegarde de l’Enfance et cela sous les Présidences de Messieurs Michel CHAZAL, Francis LEURENT, Alex BROLLES dont nous avons inauguré le 6 juin dernier l’Espace Alex BROLLES à Mons, mon prédécesseur Jean RAMOUSSE qui est resté près de 22 ans et moi-même. Ils ont été aidés successivement par les secrétaires généraux ou directeurs, Messieurs René ROCHETTE, Léon RAMOUSSE, je précise, François KERMOAL, Roger FOURNEYRON, Jean ROCHE, Bernard RIGAUD et présentement Alain MORNAND.

Revenons plutôt sur les 10 dernières années qui se sont écoulées. L’Association n’a pas chômé. Il m’est difficile de relater tous les évènements. Ils sont d’une grande richesse chacun et nous ont permis d’évoluer dans l’amélioration de la prise en charge des personnes accueillies ou accompagnées. Je retiendrai de manière synthétique :

  • La mise en place des 35 heures et la mise en application de la Loi 2002-2 au travers de ses différents outils, ont dépoussiéré et bouleversé nos fonctionnements institutionnels. Je ne peux oublier la Loi organique relative aux Lois de finance d’août 2001 et le fameux décret budgétaire et financier d’octobre 2003 qui ont transformé nos rapports avec les autorités et organismes tarifaires et ont instrumentalisé les Associations.
  • L’Association s’est positionnée dans une démarche qualité avec l’écriture du Projet associatif en 2004, la construction de procédures, de protocoles et de groupe d’amélioration des process pour l’ensemble de ses structures. Chacun de vous, à votre place, vous avez été des acteurs précieux dans cette démarche collective.
  • Nous sommes entrés progressivement dans une démarche évaluative dès 2006 avec un référentiel associatif opposable à chaque structure. Les premières
    autoévaluations ont lieu ce trimestre et elles continueront sur 2009. En dehors des obligations légales, elles sont un véritable outil pour chacun pour, non seulement valoriser notre travail mais continuer à l’améliorer et développer nos savoir faire.
  • La création de services : le SAMETH (Service d’Appui pour le Maintien dans l’Emploi), le Foyer d’Accueil Médicalisé APRES pour les personnes cérébrolésées et son SAMSAH (Service d’Accompagnement Médico-Social des Adultes Handicapés), la Maison d’Enfants à Caractère Social Les Mauves… et aussi malheureusement la fermeture du service formation PREPA.
  • La réflexion associative actuelle sur la réactualisation de notre projet associatif, de notre gouvernance associative pour pouvoir répondre demain aux différents enjeux auxquels nous serons confrontés et sans oublier la possibilité de mettre en place des CPOM (Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens) au niveau du site des Cévennes, de Meymac et des Gouspins-Rochenégly-Petit Vienne et MECS «Les Mauves».
  • La notion d’appels d’offre pour renouveler nos conventions pour tel ou tel service, s’invite fortement dans le secteur de l’économie sociale avec les risques à moyen terme que la notion de rentabilité prenne le pas sur la qualité des services rendus et remette ainsi en cause nombre de prestations d’Associations.

Je n’éluderai pas les lois réformatrices qui se succèdent sur cette période dont les décrets sortent au compte gouttes. Je citerai plus particulièrement :

  • La Loi sur le Handicap du 11 février 2005
  • Les 3 Lois du 5 mars votées le même jour sur la Prévention de la délinquance, sur les tutelles et la Protection de l’Enfance

Ces Lois ont des implications sur les fonctionnements de l’IMPro Les Cévennes, de l’ESAT de Meymac, du Service d’Assistance Éducative et des Foyers Éducatifs dans le cadre de la protection de l’enfance. Et toutes les lois transversales qui ont à la fois enrichi et parfois complexifié nos fonctionnements :

  • La Loi du 29 juillet 1998 concernant la lutte contre les exclusions.
  • Celle du 4 mai 2004 par rapport à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social.
  • La Loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances.
  • Celle du 25 juin 2008 sur la modernisation du marché du travail et du 20 août 2008 portant sur la rénovation de la démocratie sociale et la réforme du temps du travail.

Et d’autres certainement… Je m’en arrêterai là.

La Sauvegarde de l’Enfance continue à agir dans ces perpétuels changements législatifs. Nous avons, vous avez des savoir faire que vous devez mettre en avant et qu’il faut continuer à développer dans le but d’améliorer la qualité de vos missions et prestations.Nous avons été et nous sommes présents dans la réalisation des schémas départementaux, protection de l’enfance et handicap. Nous sommes présents au niveau du fonctionnement des MDPH (les Maisons Départementales des Personnes en situation de Handicap).

“Les projets ne manquent point et les réflexions à venir dans le cadre de la réactualisation du projet associatif permettront de les affiner.Je ne puis qu’être fier du travail au quotidien et sans relâche réalisé par chacun d’entre vous, pour que des enfants, des adolescents, des adultes en grande difficulté sociale, en situation de handicap puissent retrouver de la dignité,
du travail tout en exigeant l’accès au droit de tous ".

Je vous remercie Le Président
Christian PEYCELON

Les Petits Bergers des Cévennes

 

L’Œuvre des Petits Bergers des Cévennes est créée en 1935 par Alex BROLLES : permettre à des jeunes des milieux populaires des grandes villes et de leurs banlieues de bénéficier d’un séjour à la campagne (placement estival d’adolescents de 12 à 16 ans chez les agriculteurs). Un réseau de délégués locaux fut mis en place et pour l’arrondissement d’Yssingeaux, ce fut Noël BARROT, futur député.

En 1938, l’Œuvre reçut l’habilitation pour recevoir des adolescents de 10 à 18 ans, confiés par les tribunaux. Durant la guerre, l’œuvre a reçu de nombreux jeunes réfugiés et a accueilli, aussi, des enfants juifs dans la plus grande discrétion, même les Membres du Conseil d’Administration ne furent au courant.

Vous pourrez retrouver sur le site de l’Association, www.asea43.org, l’AseActualité du mois de juin 2008 qui reprend intégralement l’histoire des Petits Bergers des Cévennes écrite par Alex BROLLES.

 

“La création de la SAUVEGARDE”


C’est en 1948 qu’Alex BROLLES avec quelques amis fondèrent l’Association pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence de la Haute-Loire, le 22 novembre, exactement. C’est au 1er janvier 1952 que l’Œuvre des Petits Bergers et la Sauvegarde fusionnent.

 

Au journal officiel du 30 novembre 1948 :
Déclaration à la Préfecture de la Haute Loire de l’Association pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence de la Haute-Loire.
Son but : intéresser le public au relèvement physique et moral de l’enfance déficiente ; créer, gérer directement ou indirectement des centres, patronages, maison de rééducation, etc.

L’Association pour la Sauvegarde de l’Enfance, s’inscrit dans la suite de l’œuvre des “Petits Bergers des Cévennes” qui, dès 1935, propose de “venir en aide aux familles nécessiteuses habitant les villes, en facilitant l’envoi de leurs enfants chez des agriculteurs”. Cette œuvre, dont M. Alex BROLLES est alors Président, sera habilitée “Justice” en 1938.

Le projet de “fusion avec une Association” est étudié fin 1948 ; et c’est le 22 novembre 1948 qu’est créée l’Association pour la
Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence de la Haute-Loire.

M. Michel CHAZAL en est le premier Président. Il a comme successeur, en 1949, M. Francis LEURENT. M. Alex BROLLES lui succèdera à la Présidence en 1961.

 

1949 " Les Deux Rocs "

 

Le Centre des Deux Rocs est rattaché à la Sauvegarde de l’Enfance le 1er octobre 1949.

il est le premier établissement géré par l’Association.

Roger FOURNEYRON sera le premier directeur embauché par l’ASEA en 1957 pour diriger la structure. Situés à proximité des dykes volcaniques d’Aiguilhe et Corneille,
les locaux appartiennent alors à une congrégation religieuse accueillant des personnes “sourdes et muettes”.
Une partie des locaux est conservée afin de poursuivre l’aide apportée par des Frères, aux personnes handicapées.

 

1952

Le 1er janvier, la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence et l’œuvre des Petits Bergers fusionnent.


trait

1961

Le 18 mars l’ASEA est habilitée pour gérer un service d’enquêtes sociales auprès du tribunal. Une assistante sociale et une secrétaire réalisent alors une trentaine d’enquêtes à la demande du Juge pour enfants.

Le Président BROLLES fait part du projet de création d’un centre pour «débiles profonds» à Meymac au Monastier-sur-Gazeille. Le principe de cette création est accepté par le Conseil tout entier.

trait

1962/63

L’achat du préventorium de Meymac est envisagé par le Conseil d’Administration en vue de réaliser un Institut Médico-Pédagogique. C’est en fait le C.R.E.A.H.I. AUVERGNE (à l’époque le C.R.J.I.A.) qui, en 1963, s’en porte acquéreur car l’A.S.E.A. ne peut, alors, bénéficier de subventions pour cette catégorie d’usagers.
Le préventorium est donc acheté, avec une ferme et vingt hectares de terrain.

(Naissance de l’A.D.A.P.E.I. le 24 juin)

trait

1966

" C’est une période riche en développement de projets et de créations tant les besoins se font sentir dans le secteur social et médico-social… "

Le 24 mars, Monsieur BROLLES informe les administrateurs qu’il a contacté divers maires des communes voisines du Puy-en-Velay dans le but de trouver un terrain d’environ 2 hectares en vue de l’édification d’un nouveau centre pour les Deux Rocs.

Le 1er avril, François KERMOAL est embauché comme «Directeurs des services» de l’Association.

Le 4 juin les administrateurs donnent leur accord afin que l’ASEA adhère à l’AFSEA à Paris qui est la fédération des Sauvegardes. Ils décident du principe de la création d’un service AEMO (Action Éducative en Milieu Ouvert).

L’I.M.P. de Meymac ouvre ses portes sous la direction de René CHADUC. Il accueille alors 48 garçons âgés de 6 à 16 ans, atteints d’un handicap mental profond. L’action éducative porte essentiellement sur l’apprentissage des gestes simples indispensables à la vie quotidienne, renforcé par des activités parascolaires, sensorielles au cours desquelles les enfants acquièrent une psychomotricité de plus en plus fine.




1967

Le 24 octobre, sur proposition de Monsieur GAGNE, président de l’ADAPEI et administrateur de la Sauvegarde, est étudié la possibilité d’un «Directeur unique» entre les deux Associations. Cette proposition est accueillie favorablement,
les modalités en seront définies ultérieurement.


trait

1968

Le 9 avril, le Conseil d’Administration vote favorablement l’extension de Meymac en vue de la construction d’un IMPRO (Institut médico-professionnel). Les premiers pensionnaires vont atteindre l’âge de 16 ans. L’IMP (Institut médico-pédagogique)
de Meymac doit s’adapter aux nouveaux besoins. Il faut mettre en place des activités offrant des perspectives de formation et d’intégration dans le monde du travail. René CHADUC entreprend donc la construction de locaux nécessaires à l’hébergement
et à l’apprentissage.

Le 17 juillet, les administrateurs, à la demande du Président BROLLES, donnent leur accord pour le transfert des 2 Rocs sur des terrains trouvés sur le plateau de Mons.

Le Conseil d’Administration décide d’abandonner les locaux de la rue Porte Aiguière pour établir son siège administratif au 3ème étage de la rue Crozatier

le 1er octobre, le service AEMO est officiellement ouvert dans les mêmes locaux que le siège administratif de l’Association. Il est habilité par la justice et la DASS pour une prise en charge théorique de 123 enfants. L’intervention des travailleurs sociaux auprès des familles est alors motivée par l’absentéisme scolaire, le refus des soins médicaux, les divorces… Les statistiques ne font pas encore état de maltraitance physique ou sexuelle au niveau des enfants. Dès les années 70 on observe un accroissement des besoins et l’équipe passe de 5 à 12 salariés en 1983.

Ce service s’étoffe plus tard d’un Service d’Observation en Milieu ouvert qui est rattaché au Service des Enquêtes Sociales. La fusion de l’ensemble aboutit en 1983 au Service de Consultation, d’Orientation et d’Action Educative (COAE)


trait

1970

 

Le 16 juin, Monsieur BEGORRE vient au Puy pour remettre la Médaille de l’Education surveillée au frère MORANNE et au frère PLANCHETTE, ainsi qu’à Monsieur FOURNEYRON.

L’effectif des salariés de l’Association s’accroît régulièrement du fait de l’ouverture de nouveaux établissements et services, les instances représentatives du personnel se mettent en place.

" Les premières élections des représentantsdu personnel ont lieu pour les délégués du personnel et la mise en place d’un Comité d’Entreprise "

filet

1971

Le 27 octobre, afin de rendre plus facile le recrutement de spécialistes, le siège de la Sauvegarde décide de recruter des psychologues et des orthophonistes qui iront dans les établissements à la vacation.




1972

Le 12 juillet, le Président BROLLES informe les administrateurs que Monsieur le Préfet de la Haute-Loire a l’intention d’attribuer à la Sauvegarde la moitié du montant du legs MIRAMONT destiné aux handicapés et inadaptés de la Haute-Loire.

La première section professionnelle se met en place à l’IMP de Meymac qui accueille alors 24 pensionnaires supplémentaires

" Une période relativement courte mais riche en réorganisation et en aboutissement de projets importants. François KERMOAL qui dirige alors l’Association bénéficie de la forte croissancequi caractérise cette période et sait tirer partie de l’aisance financière des Pouvoirs Publics ".

Plusieurs projets de grande envergure vont donc aboutir et conforter l’Association dans sa participation à la protection sociale, et dans sa mission en faveur des jeunes et des adultes inadaptés ou handicapés de la Haute-Loire.

Les Services œuvrant en faveur des jeunes pris en charge par la protection judiciaire de la jeunesse bénéficient aussi de nouveaux moyens. Les équipes se redynamisent et d’innovants modes de prise en charge, plus respectueux des droits de l’enfant et
de la famille, voient le jour.


trait

1974

Les religieuses qui gèrent le Centre Montjoie, ancien Bon Pasteur, sollicitent l’ASEA pour reprendre les locaux et l’activité. Cette reprise s’effectue alors sous la direction de Monsieur René CHADUC qui quitte l’IME de Meymac.


trait

1975

Des activités du Centre Montjoie, seul le Foyer le la Rochenégly poursuit son activité et est totalement rattaché à la Sauvegarde.
Le 22 janvier, le Président BROLLES se félicite de la bonne marche du Foyer de la Rochenégly dirigé par Mademoiselle JOUBERT qui a pris la suite de Monsieur CHADUC.

Le 1er décembre,
l’IMPro «Les Cévennes»
ouvre provisoirement ses portes avec 37 jeunes…

Guy PLANCHE, Directeur, anime alors une équipe de 24 salariés. Dès son ouverture, il est projeté de construire de nouveaux ateliers : maçonnerie, platrerie - peinture, ferronnerie, lingerie. Plus tard seront ouverts les ateliers de Sérigraphie, de menuiserie et d’employé technique de collectivité.


trait

1976

" Le 7 avril, l’IMPro «les Cévennes» obtient son arrêté de création définitif.
L’ensemble des locaux de l’IMPro est opérationnel. L’établissement fonctionne alors à plein effectif : 81 pensionnaires et 43 salariés "


trait

 
1977

Le 14 février 1977, le Directeur Général, François KERMOAL devient Directeur d’Association sur l’ASEA à ¾ de temps et l’ADAPEI à ¼ temps.

La Sauvegarde de l’Enfance et l’ADAPEI se rapprochent afin de réorganiser respectivement

l’I.M.Pro de Meymac et l’I.M.E. de Saint-Hostien. Cette restructuration nécessite le transfert de pensionnaires de Meymac vers Saint-Hostien et inversement, dans le but de modifier sensiblement la mission des établissements. Les deux institutions deviennent mixtes.

 

C’est Monsieur Marcel BOCQUIN, Directeur, qui engage la reconversion de MEYMAC.
Elle s’effectue sur 4 ans.


Le 21 février 1977, à la suite d’un concours organisé par le Comité d’Entreprise, il est proposé aux membres du Conseil d’Administration le nom des «GOUSPINS» pour le nouveau centre qui remplacera «Les Deux Rocs».
Cette appellation est proposée par Jean LIOTIER, dit «Bouboule».

«LES GOUSPINS» est un terme populaire, issu du vieux français, signifiant «les galopins»



1978

Ouverture des GOUSPINS

Dès le mois de septembre, les jeunes et l’équipe des DEUX ROCS prennent possession de leurs nouveaux locaux.
Bernard RIGAUD, Directeur, dépose un nouveau projet d’habilitation car l’établissement propose dorénavant dans un cadre ouvert, à architecture pavillonnaire, un ensemble de services allant de l’hébergement à l’insertion sociale et professionnelle, via le rattrapage scolaire, les formations qualifiantes, le soutien psychologique, et une action éducative visant à restaurer un ensemble de repères socialisants.

«Les 16, 17 et 18 novembre, l’ASEA organise au Puy les journées d’études de l’AFSEA dont le thème était «les jeunes scolarisés que l’école n’intéresse plus».
À cette occasion 400 congressistes venus de toute la France découvrent le Puy-en-Velay. Pour la petite histoire, il faut noter que nous sommes les premiers utilisateurs de l’hôtel consulaire qui vient d’être terminé.



trait

 
1979 L'E.P.S.R., un nouveau service...

C’est à la suite des réflexions engagées dès 1979 que l’EQUIPE DE PRÉPARATION et de SUITE du RECLASSEMENT est créée.

Dirigée par Elie PAYS, elle s’installe alors place Michelet et en 1994 avenue d’Aiguilhe.
L’E.P.S.R. apporte un soutien aux Travailleurs Handicapés dans toutes les étapes du processus de leur réadaptation à une vie professionnelle et sociale stable.

 

 

Gérard KEIRLE devient le responsable de service de l’IMPro de Meymac en pleine restructuration


1980

Le 28 octobre 1980, une délibération est prise en Conseil d’administration pour que la mise en œuvre d’un dossier soit entreprise pour réaliser à Meymac dans le cadre règlementaire un Foyer d’hébergement pour les adultes handicapés. En lien avec L’ADAPEI, Meymac devient un foyer d’hébergement pour adultes et ouvrira par la suite, en 1984 un Centre d’Aide par le Travail et Saint-Hostien deviendra un IME.




1981

Le 20 janvier, l’Association donnera le terrain à l’Office d’HLM qui sera le maître d’œuvre pour la construction du Foyer de Meymac.


trait

1982

Le 4 juin 1982, Jean ROCHE après avoir exercé successivement les fonctions de chef de service à Meymac, Directeur de l’IME de Saint-Hostien, est nommé Directeur de l’ASEAAHI.

Le 21 décembre, l’IMPro «Les Cévennes» obtient l’autorisation d’ouvrir un appartement foyer au Faubourg Saint-Jean sur le Puy pour des jeunes de 16 à 20 ans. Appartement qui ne sera jamais ouvert

Changement de sigle pour l’Association

Au Journal officiel du 22 juillet 1979, la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence devient l’ASEAAHI, l’Association pour la Sauvegarde de l’Enfance de l’Adolescence et des Adultes Handicapés et Inadaptés de la Haute-Loire.

trait

1983

Le 25 novembre, remise de médailles du travail à 12 salariés de la Sauvegarde à l’issue de l’assemblée générale au Centre Pierre Cardinal.

L’IMPro les Cévennes ouvre une structure transitionnelle d’hébergement en faveur des jeunes en voie d’insertion dans le monde du travail, le FISP (Foyer d’Insertion Sociale et Professionnelle) à Espaly.

trait

1984

le 11 mai, le Conseil d’Administration en ayant délibéré, l’établissement de Meymac sera dorénavant dénommé «Centre d’Aide par le Travail» (CAT), l’IMPro ayant cessé d’exister au 1er janvier 1984.

Quatre vingt neuf ouvriers travaillent dans le conditionnement, la réalisation de palettes, l’emballage, etc… Le personnel doit se recycler. De nouveaux locaux sortiront de terre dans l’année qui suit pour satisfaire les besoins d’hébergement et de production.

L’Association s’informatise !
L’alourdissement des charges administratives, conjugué avec la nécessité de rationaliser et de mieux analyser les dépenses conduisentles gestionnaires à s’orienter sur les nouvelles technologies. Une commission est créée pour réfléchir avec pertinence sur l’informatisation des Établissementset Services… et les “Apricots” arrivent sur les bureaux.

trait

 
1985 Un nouveau Président : Jean RAMOUSSE accepte la Présidence de l’Association, succédant ainsi à Alex BROLLES qui restera Président d’honneur

Alors que notre société subit nombre de mutations qui décalent les repères habituels, les professionnels remettent en cause leurs pratiques.

Chacun, à son niveau d’intervention, doit en effet trouver de nouvelles réponses et se positionner face à un cadre socio-économique aggravant les conditions de vie des personnes déjà en difficulté.

L’évolution de l’emploi, la famille, la sexualité, l’enfance, l’adolescence, la vieillesse, sont autant d’interrogations auxquelles le monde associatif s’efforce de répondre. La place de l’image et de la télévision au quotidien, dans l’éducation des jeunes ouvre un débat qui concerne chaque parent, enseignant, éducateur


Les travaux du Foyer CAT (Centre d’Aide par le Travail) de Meymac s’achèvent sur une belle réalisation offrant des locaux d’hébergement spacieux, individualisés, new-look et clairs, ainsi que des locaux de productions fonctionnels qui seront inaugurés 17 juin

Une Boulangerie en Vieille Ville…

La première entreprise d’insertion est créée par l’achat d’une boulangerie. Cette entreprise changera de forme juridique en 1992, pour devenir un C.A.T. Transitionnel accueillant des jeunes en situation de salariés durant une période déterminée, en vue de renforcer leur compétence et de rechercher des voies d’insertion.




1986

AZ Bâtiment» une deuxième entreprise…

Le Conseil d’Administration accepte la création d’une nouvelle entreprise d’insertion. Cette fois-ci, la forme juridique est celle d’une S.A.R.L., à but commercial certes, mais dont les associés sont exclusivement des personnes morales (A.S.E.A.A.H.I., A.D.A.P.E.I., P.J.J.) affirmant dans les statuts la non lucrativité de l’entreprise. L’objectif de celle-ci est d’ouvrir, aux jeunes des Gouspins, d’autres perspectives de formation et d’insertion par un emploi salarié. Cette entreprise deviendra en 1993 une S.A.R.L. à “activités multiples”.

Aux Gouspins, création de deux sections professionnelles :

Considérant que la formation professionnelle ne peut se tenir à l’écart de la tendance du marché de l’emploi et qu’elle doit aussi, dans un cadre institutionnel, être une réponse adaptée aux capacités des jeunes accueillis, deux nouvelles sections professionnelles sont créées aux GOUSPINS : Mécanique Auto, et Cuisine (cette dernière remplaçant la section Maçonnerie).


trait

1987

Marcel BOCQUIN partant en retraite, Gérard KEIRLE prend sa suite à la direction du CAT de Meymac

trait

1988

Le Président RAMOUSSE expose les grandes lignes de la célébration du 40ème anniversaire de la Sauvegarde qui se déroulera le 18 novembre1988.

Le 9 septembre est signé un protocole entre l’Éducation Nationale et l’ASEA au niveau du Centre d’Accueil et de Formation Professionnelles des Gouspins pour la mise à disposition de 2 instituteurs.

Le Siège déménage…
Les locaux de la rue Crozatier sont abandonnés. L’Association établit son siège au 9, rue Saint-Pierre,au cœur de la ville.
Les bureaux sont restaurés par la SARL AZ bâtiments gérée par les Gouspins.

trait

1989

Le 17 avril, Alex BROLLES est à l’honneur… Co-fondateur et Président de la Sauvegarde de l’Enfance pendant vingt cinq ans, Monsieur Alex BROLLES est fait Chevalier de la Légion d’Honneur par les mains du Professeur Raynaud, Président d’honneur de la Fédération nationale de la Sauvegarde.


trait

1990

Les plateaux techniques des Cévennes et des Gouspins sont agréés par le Centre de Formation d’Apprentis Spécialisés d’Auvergne, afin que le handicap intellectuel, physique, sensoriel et l’inadaptation sociale ne soient plus un obstacle à l’entrée en apprentissage.

trait

 
1991

En ville, un S.A.P.M.N.,Un Service d’Adaptation Progressive en Milieu Naturel, nommé “CLAP,” se créé dans le cadre des Gouspins.

Il favorise la prise d’autonomie de garçons hébergés dans un bâtiment offrant cinq logements, rue de la Gazelle au PUY.


1991

Un restaurant d’application est créé, aux Cévennes.

L’objectif de Guy PLANCHE, Directeur, est de permettre aux élèves de réaliser des exercices dans des conditions réelles de travail et de renforcer des liens avec la cité en ouvrant ce restaurant au public.




1992

Le 23 janvier, l’entreprise d’insertion liée à l’achat de la boulangerie devient un Centre Aide par le Travail Transitionnel pour 13 adultes handicapés avec trois activités :

• la blanchisserie «le Bateau Lavoir»
• la foresterie des Cévennes
• la boulangerie de la Vieille Ville

L’objectif de cet ESAT Transitionnel est d’éviter aux jeunes sortant de l’IMPro de se retrouver sans emploi.

C’est une période de redéploiement de moyens, de rationalisation, de renforcement de la technicité, de modernisation, période où apparaît aussi la nécessité de communiquer, de faire savoir,
de rendre plus transparente l’action entreprise auprès des financeurs, des partenaires potentiels, mais aussi auprès du grand public qui ignore totalement les dispositifs et les actions engagées en faveur des personnes en difficulté.
La conjoncture concernant l’emploi et ses effets en terme d’exclusion, invitent l’Association à développer de nouveaux moyens visant à former et à accompagner ceux qui ont des difficultés à s’intégrer dans les outils de production
ordinaires et risquent de se retrouver de fait socialement marginalisés et exclus.


trait

1993

Le 1er janvier, Ronald TURCAN est nommé par le Conseil d’Administration Directeur de l’IMPRO «Les Cévennes» comprenant l’IMPro, le CAT Transitionnel et l’atelier protégé DEFI.

Départ, au cours du mois de décembre, d’Élie PAYS Chef de Service de l’EPSR.

trait

1994

Le 1er janvier, Le S.A.V.S., Service d’Accompagnement à la Vie Sociale, est créé en collaboration avec la Croix Rouge Française avec une convention tripartite avec le Conseil Général. Le service s’installera dans un premier temps dans les locaux de l’EPSR avant d’emménager au 8, rue du Petit-Vienne dans de nouveaux locaux appartenantà la SA «Le Foyer Vellave». Ce Service a pour vocation d’aider et d’accompagner des adultes en situation de handicap et en difficulté sociale, sur une période déterminée.

Le 3 juin, Michel CHAPUIS prend la direction du Foyer de La Rochenégly.

trait

1995

Tout en mécanisant le C.A.T. de MEYMAC vers de véritables métiers de l’emballage, son directeur Gérard KEIRLE veille à ce que les loisirs ne soient pas pour autant écartés…

...pour preuve :
en 1995 un salarié du C.A.T. est déclaré “Champion Olympique” en sport adapté Boules.


trait

 
1996

La violence des jeunes, la dégradation de la situation économique, familiale et sociale de nombreuses familles, le dysfonctionnement ou le manque d’efficience des dispositifs de régulation nécessitent de multiples études et rapports.
La loi de juin 75 est en cours de réforme, la lutte contre l’exclusion fait l’objet d’une loi…
Dans ce contexte de mutation et “d’instrumentalisation” de l’exclusion ou de l’inadaptation,
l’Association pour la Sauvegarde reste pragmatique et active.
Elle traduit dans ses actions les fondements humanistes qui la déterminent, et affirme sa volonté de préserver la dignité et la citoyenneté des personnes, en exigeant pour chacun l’accès au droit de tous

1996

Mise en place de la formation M.B.C. sur le site des Gouspins qui prépare à l’emploi d’homme d’entretien.

Cette formation polyvalente touche à plus de huit corps de métier. Elle est accompagnée de stage en collectivité. A noter que la formation de Plâtrier avec ses techniques annexes est la seule à avoir été
maintenue
depuis 20 ans.
Maintenance en Bâtiments de Collectivité… telle est la dénomination de la section professionnelle venant remplacer, aux GOUSPINS, la formation de Plombier.

Le Mermoz et la Ronzade…

Dans le cadre de la réorganisation engagée par son Directeur, Michel CHAPUIS, le Foyer de la Rochenégly est scindé en plusieurs structures légères. C’est effectivement sous la forme d’appartements
que les jeunes filles, généralement scolarisées, sont hébergées avec un accompagnement éducatif.




1998

Le 1er février, Christianne CHEVALIER est nommée Directrice de L’EPSR et du Centre de Formation PRÉPATH.

Le 16 avril, les membres du Conseil d’Administration valident l’idée d’un nouvel IMPro (40 à 45 places en attente pour 12 places qui se libèrent chaque année).

Ils sont informés d’une donation de 17 532 euros au Foyer de la Rochenégly par la Société Européenne de Participation Industrielle présidée par Monsieur Jean-Louis DESCOURS (Chaussures André).
Ce don sera utilisé pour des investissements.


Les 20 ans des Cévennes…

Le 20è anniversaire des Cévennes, a permis à Ronald TURCAN, Directeur, et à son équipe, de porter un regard sur le parcours professionnel des anciens élèves et sur leur insertion sociale.

Cette manifestation a été aussi un moment privilégié de rencontre entre les professionnels de l’Association.

 

Le Service d’Accompagnement à la Vie Sociale (SAVS) s’installe dans ses nouveaux locaux au rez de chaussée réhabilité de l’ancien Foyer de la Rochenégly.

 

Au mois de juillet :
Opération humanitaire en UKRAINE avec les Gouspins et la Rochenégly.

Les adolescents de l’IMPro Les Cévennes sont allés construire des jeux extérieurs, des bancs et des tables dans le parc d’un orphelinat en Lituanie au cours du mois de juillet.


Les bâtiments de la foresterie du «CAT Transitionnel Les Cévennes» se sont terminés à Taulhac.


Inauguration du «PETIT-VIENNE»
Le 1er octobre est inaugurée la Résidence du «Petit Vienne» accueillant des adolescents, garçons – filles, de 18 à 20 ans dans le cadre d’un hébergement en studio.
Ce service fonctionne avec les Gouspins qui abandonnent le SAPMN.

trait

 
1999

Lors du Conseil d’Administration du 26 février, le projet d’un SESSAD (Service d’Éducation et de Soins Spécialisés à Domicile) en lien avec l’IMPro les Cévennes est validé par les membres présents. L’idée de créer un atelier protégé en lien avec le fonctionnement du CAT Tansitionnel est lancée.

1999

Le 20 mai, le projet de création de 3 places dans le cadre d’un Atelier Protégé en lien avec le CAT Transitionnel est validé par le Conseil d’Administration.

Proposition de mise en place d’un serveur qui concerne l’ensemble des structures de l’Association avec pour objectifs de permettre des échanges protégés et de s’ouvrir sur l’extérieur avec l’idée complémentaire
de réaliser un site qui sera
une plateforme d’informations pour les salariés, les partenaires, les financeurs et pour tout public.

Le 14 juin le projet du SESSAD passe au CROSS (Comité Régional de l’Organisation Sanitaire et Sociale). Il est agréé le 5 août.

Le 18 juin, l’Association pour la Sauvegarde de l’Enfance à l’Adolescence et des Adultes Handicapés et Inadaptés de la Haute-Loire devient l’Association pour la Sauvegard de l’Enfant à L’Adulte

Le 25 juin est signé l’accord d’entreprise concernant les 35 heures avec la CFDT et FO dans un bon climat d’entreprise. Il est agréé le 22 décembre de la même année avec effet au 1er janvier 2000 avec
11 emplois créés en compensation de la réductiondu temps de travail.

Le 8 septembre, la mise en place du compte GOTIC pour les excédents de trésorerie est validée par le Conseil d’Administration.

Le 25 novembre, le SESSAD à l’UPI (Unité Pédagogique d’Intégration) du Clos de Corsac ouvre officiellement ses portes.




2000

Le 10 avril, l’ASEA adhère officiellement au GAMS, le Groupement des Associations du secteur social et médico-social dont l’assemblée générale constituante aura lieu le 29 mai.

Le site internet «www.asea43.org» se développe progressivement. Le contenu s’étoffe et les hiatus graphiques liés à l’utilisation des plateformes informatiques PC ou MAC se réduisent.
Catherine MULLER est chargée de son développement.

Le 7 juin, le Conseil d’Administration donne son accord pour que l’EPSR 43 entre dans le réseau CAP EMPLOI, label commun créé par l’Agefiph.

Le 23 juin, lors de l’Assemblée Générale, les statuts de l’Association sont validés.
Au cours du mois de septembre, le Conseil Général et la DRPJJ donnent leur accord pour délocaliser progressivement les groupes des Gouspins sur la ville du Puy-en-Velay :

• Trois pavillons de 8 places sur la ville du Puy en Velay

• Un pavillon de 9 places resterait sur le site des Gouspins.

• Un lieu d’accueil extérieur à la Gazelle

Le principe de mixité est accepté.

Le 1er novembre, les Gouspins se restructurent, l’ensemble des groupes se voient équipés d’une cuisine avec une maîtresse de maison chargée des tâches domestiques et de l’intendance.

Le 8 décembre, lors du Conseil d’Administration, est abordée pour la première fois l’idée d’un projet concernant les personnes cérébrolésées :
«Comment accompagner les personnes cérébrolésées soit après leur sortie de l’hôpital ou du centre de rééducation, soit après un retour plus ou moins long dans leur famille et qui végètent chez eux ?
Il n’y a aucune structure actuelle qui peut les accueillir ?»

Celui-ci donne mission à Bernard RIGAUD, en collaboration avec Claudine PONCY, de préparer ce projet de Foyer d’Accueil Médicalisé.


trait

2001

Le Conseil d’Administration donne son accord:

le 12 mars pour l’achat de l’immeuble de la boulangerie de la vieille ville.

le 5 juin pour l’achat de la propriété, 3 bd du Président Bertrand pour les Gouspins.

Au Conseil d’Administration du 10 décembre, il est parlé pour la première fois d’un projet de mise en réseau informatique des données relatives à la comptabilité et aux salaires.

trait

 
2002

Le 1er janvier 2002, Marie-Josée TAULEMESSE succède à Bernard GIRAUD comme Directrice des trois Services d’Assistance Éducative.

2002

Lors du Conseil d’Administration du 4 février est abordée l’idée de déménager les Services d’Assistance Éducative qui se trouvent dans des locaux peu fonctionnels et exigus au 12 rue du 86ème RI.
Il est aussi parlé d’un projet d’accompagnement de mères célibataires.

Le 17 juin, le CROSS valide le projet de création d’un Foyer d’Accueil Médicalisé APRES concernant les personnes cérébrolésées.

APRES signifie Aide Personnalisée pour la Réadaptation, l’Évaluation et le Suivi des personnes cérébrolésées

Pour la troisième année consécutive, la troupe du Sac’ADOS participe au festival d’Arlempdes du 19 au 29 juillet sous la conduite d’Ève CUOQ, Éducatrice Spécialisée, animatrice permanente du groupe,
épaulée par un comédien professionnel, Bruno HALLAUER de la compagnie «l’Hermine de Rien»
. La pièce présentée «Dîner au Champagne», a été montée dès le mois de janvier au cours des répétitions
hebdomadaires en partant des improvisations des adolescents.

Le 29 août,
la DIVIS, autorise, à son tour la création du FAM APRES de 25 places

Le 6 septembre
L’Association rencontre le Ministre de la Santé, Jean-Francois MATTÉI en présence de Jacques BARROT, du DRASS Auvergne, du représentant de la DDASS, de la DIVIS à Monistrol-sur-Loire avec pour objectif
d’apporter une réponse à la question des personnes cérébrolésées et de le questionner sur la priorité donnée à notre projet associatif APRES.
Choix d’une mise en réseau sur le plan associatif avec un hébergeur extérieur C.I.M.




2003

Le 9 janvier, le Conseil d’Administration demande à Monsieur DUPRÉ, architecte de reprendre l’étude de la rénovation des locaux, anciennement des Gouspins, pour le Projet FAM APRES à la place de Monsieur BERGER.

Le 29 janvier, Patrick MULLER, Chef de service sur le Foyer de Meymac et vice-président de l’AS «Aurore», est décoré de la médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports par Monsieur le Préfet,
représenté par Monsieur ROOSEBEKE, directeur de cabinet.

Février, Le Conseil Général propose de nouveaux locaux aux Services d’Assistance Éducative.Les conditions ne nous permettent pas de répondre positivement à ce projet. Après de nouveaux échanges,
le Conseil Général propose en location les locaux abandonnés par la DIVIS au 8, rue de Vienne qui conviendront parfaitement après leurs réhabilitations.
L’installation dans ces nouveaux locaux devrait se réaliser sur la fin de l’année 2004.

Le 17 mars, Catherine SANDJIVY remplace Jean-Claude RECIPON comme responsable du SAVS (Service d’Accompagnement à la Vie sociale), à mi-temps dans un premier temps.

Le 31 mars, Jean-Claude RECIPON responsable du service SAVS prend sa retraite.

Achat de la Maison au-dessus de la gare pour les Gouspins

Le Rotary-Club Le Puy en Velay Mont Anis soutient la troupe de théâtre du Sac’ADOS de l’IMPro Les Cévennes en leur remettant un chèque. Cette aide financière permettra de travailler quelques mercredis
avec un metteur en scène professionnel.

Au cours du mois de Septembre,

•Départ de la Démarche d’amélioration continue avec un cycle de formation censé accompagner dans la réflexion et la construction d’outils pour les Directeurs.

• Quelques jeunes de l’IMPro débutent leur scolarisation à la SEGPA de Brives Charensac.

• Tout un travail est mis en place à l’IMPro Les Cévennes autour de la diététique,
sensibilisation, information, formation de certains personnels, constitutions des menus avec une diététicienne.

Le 20 novembre, le Conseil d’Administration donne son aval pour répondre à l’appel d’offres concernant le SAMETH (Service d’Appui pour le Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés).



trait

2004

Une Convention de partenariat avec le Réseau Éducatif d’aide à l’insertion scolaire (REHLAIS) est signé avec les Gouspins.

Le Conseil d’Administration du 15 janvier met en place une commission Communication/Projet afin d’étudier et de valider les projets d’établissements et les différents outils de la Loi 2002-2.

L’Assemblée extraordinaire du 1er mars 2004 vote les modifications des statuts de l’Association qui permettront au Conseil d’Administration d’approuver les comptes administratifs devant être déposés
le 30 avril auprès des organismes de contrôle, conformément aux exigences de la Loi 2002-02 et à son décret d’application de 2003.
Une action de soutien à la parentalité est mis en place par le Service d’Assistance Éducative sur Le Puy, Brioude et Brives Charensac avec une subvention de la DDASS et une contribution de la CAF.

le premier Conseil de la vie sociale se tient à Meymac le 28 avril.

Septembre, Quelques jeunes de l’IMPro Les Cévennes débutent leur scolarisation à l’UPITECH (Unité Pédagogique d’Intégration TECHnologique) au Lycée A. Eymard.

Le Conseil d’Administration du 28 octobre approuve le projet d’amélioration des prestations 2002-2006 avec un travail avec André ATENZA, Directeur de l’Ecole de Commerce de Clermont-Ferrand et Corinne CHERVIN,
Directrice de l’URIOPSS.

Au cours du mois d’octobre, déménagement du Service d’Insertion CAP EMPLOI sur le site des Gouspins dans les anciens bâtiment des classes

Le 16 Novembre, ouverture du Service SAMETH financé par l’AGEFIPH et la DDTEFP

Le 24 novembre : Mise en vente des locaux de l’AEMO du 12 rue du 86ème RI.

Jean-Hugues BENOIST reçoit la médaille de l’Assemblée Nationale des mains de Laurent WAUQUIEZ lors de son dépar à la retraite.

Le Conseil d’Administration du 16 décembre donne son aval pour l’achat d’un pavillon au 66 bis, avenue Foch pour les Gouspins.

trait

 

 
2005 changement de directeur Général


Le 28 avril, le Conseil d’Administration valide le choix fait par la commission de recrutement du nouveau Directeur Général,
Alain MORNAND. Il débutera le 8 août, pour remplacer Bernard RIGAUD partant à la retraite.


Les 25 et 26 janvier, déménagement des Services d’Assistance Éducative dans les locaux rénovés du 12, rue de Vienne, appartenant au Conseil Général.

Achat de la maison, boulevard Foch au Puy en Velay pour les Gouspins. Le groupe du Mermoz s’y installe.

Dans le cadre de la démarche qualité, des Groupes d’Améliorations des Processus se mettent en place sur chaque Établissement et Service de l’Association avec le soutien de l’URIOPSS Auvergne.

Au 1er janvier, Jérome BOUCHET remplace Jean MAGNEZ en tant que Directeur Adjoint à l’ESAT de Meymac.

Le 19 mai, départ de Michèle FOURNEL, Directrice Adjointe au Foyer de Meymac. Elle est remplacée par Patrick MULLER le 1er août.

Le 2 juin, les membres du Conseil d’Administration prennent la décision de fermer définitivement au 31 décembre le service PREPA dont les pertes récurrentes ne permettent pas la poursuite de l’activité.

Ils donnent aussi leur aval pour le dépôt au CROSMS d’une demande d’extension du Service d’Assistance Éducative à 400 enfants pris en charge au lieu de 230.

Le 24 juin, inauguration des locaux du Service d’Assistance Éducative avec une intervention de Monsieur DAUBANNAY, représentant régional de la Défenseure des Enfants, sur le thème
«L’enfant au cœur des enjeux, quel avenir pour l’assistance éducative?».

Le 29 juin, arrêté de la DDASS autorisant la création du Foyer d’Accueil Médicalisé APRES de 25 places avec un abondement financier de 328 113 euros.

Le 8 août, Alain MORNAND prend ses nouvelles fonctions de Directeur Général avec une doublure de 3 semaines avec Bernard RIGAUD qui prend par la suite des congés bien mérités en attendant sa retraite officielle.

Le 23 septembre, l’Association fête le départ à la retraite de Bernard RIGAUD à la salle des fêtes des Gouspins. Le Président RAMOUSSE, lors de son discours, loue le travail réalisé et leur étroite collaboration tout au long de ces années,
depuis 1998. Grâce à sa persévérance et ses compétences,l’ASEA continue à être un acteur incontournable dans la dynamique départementale.

Le 15 septembre, la DDASS accepte 3 places supplémentaires pour l’ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) de Meymac ce qui porte à 87 équivalents temps plein (93 ouvriers).


Le 27 octobre, le Conseil d’Administration valide le projet d’une Maison Relais sur les sites de Siaugues Sainte Marie et de Paulhaguet sur l’ouest du département et présenté par Catherine SANDJIVY.

Le 30 novembre, le premier aseActualités, revue semestrielle mise en page par Catherine MULLER, sort des presses de l’Association. Elle est donnée à chaque salarié avec la fiche de salaire.
Cette revue se doit d’être le lien entre nos différents établissements et services dispersés.

Le 5 décembre, le CROSMS donne un avis favorable à la demande d’extension à 400 enfants de l’AEMO.

Le 15 décembre les membres du Conseil d’Administration décident d’une Direction unique pour l’ESAT de Meymac et l’ESAT Transitionnel les Cévennes.
Celle-ci sera gérée par le Directeur de Meymac avec pour objectifs principaux de ne pas disperser les compétences des Directeurs et de les valoriser.


trait

2006


Le 1er Janvier, la direction unique opérationnelle pour l’ESAT de Meymac et l’ESAT Transitionnel «les Cévennes» est assumée par Gérard KEIRLE.


2006

Le 1er février, première phase de l’ouverture du Foyer d’Accueil Médicalisé APRES avec l’accompagnement de 15 personnes cérébrolésées. Madame Claudine PONCY à l’origine du projet avec
Bernard RIGAUD en devient la responsable de service dans un premier temps.

Le 9 février, lancement du Schéma Départemental de la Protection de l’Enfance

Le 14 février, le Sénateur BOYER vient au siège de l’Association pour faire connaissance non seulement avec le nouveau Directeur Général mais aussi avec l’ensemble des activités de l’ASEA.
Tous les Directeurs sont présents.

Septembre, avec le soutien d’Emile FAURE, l’Association participe à sa première émission dans «Ecouter comprendre» de la RCF.
Les émissions sont mensuelles et prendront en compte progressivement l’ensemble des structures de l’Association.

Le 12 septembre, l’ASEA est considérée par la Trésorerie Générale comme une Association d’intérêt général

Le 5 octobre, la première réunion du Comité de Pilotage sur la démarche évaluative associative valide un référentiel unique et opposable à l’ensemble des structures de
l’Association concernées par la Loi 2002-02
. Il met en place des Commissions Techniques Élargies sur chaque site pour réaliser éventuellement des référentiels annexes
prenant en compte les missions propres de tel ou tel établissement ou service.

Le 26 octobre, le Conseil d’Administration autorise Ronald TURCAN à poursuivre le projet de construction d’un nouveau pavillon à l’IMPro.





Le 26 octobre, lors du Conseil d’Administration, le Président RAMOUSSE propose la création d’une commission patrimoine, l’Association ayant beaucoup de biens patrimoniaux.

Le 18 décembre a eu lieu la réunion constituante de la Maison Relais sur les communes de Siaugues Sainte-Marie et Paulhaguet.



trait

 
2007


Le 18 janvier, la commission patrimoine visite une maison à ESPALY à la demande de Michel CHAPUIS, en vue d’y intégrer le dernier groupe des Gouspins.


2007

Le Conseil d’Administration du 25 janvier, suite à l’avis de la Commission Patrimoine, autorise l’achat de la maison d’ESPALY.

Il donne son aval pour la cession de l’entreprise adaptée (E.A.) DEFI, comprenant cinq ouvriers, à la Sarl, «l’Atelier du Réservoir» qui dépend de l’ADAPEI.

Il autorise Michel CHAPUIS à répondre à l’appel d’offres pour une Maison d’Enfants à Caractère Social sur le secteur du Puy en Velay Le 5 février, une première salariée est engagée dans le cadre de la Maison relais sur l’antenne de Siaugues Sainte Marie. Elle assume aussi l’antenne de Paulhaguet dans un premier temps.

Le 5 février, Ouverture officielle du FAM APRES pour les personnes cérébrolésées, dans les locaux rénovés des Gouspins. Il accueillera progressivement jusqu’à 8 personnes en hébergement et 12 personnes en Accueil de jour.

Le 31 mars, Michel CHAPUIS rend le projet d’une MECS au Conseil Général suite à l’appel d’offres.

Le 1er avril, l’Atelier du Réservoir de l’ADAPEI récupère les 5 ouvriers de l’entreprise adaptée DEFI. Il fait une mise à disposition de ces mêmes ouvriers aux trois structures de l’Esat Transitionnel les Cevennes.

Le Conseil d’Administration du 26 avril fait le choix d’appeler le site des Gouspins «Espace Alex BROLLES», nom de l’un des premiers Présdents de l’Association et donne son accord pour la fusion des foyers des Gouspins et Rochenégly
tout en créant le SAJ, Service d’Accueil de Jour, à partir de la plateforme technique des Gouspins.

La villa SOLEILLADO à Espaly pour les Gouspins est achetée le 15 mai. Elle permettra d’accueillir le dernier groupe qui reste sur l’Espace Alex BROLLES.

Les 20, 21 et 22 juin , Audit à CAP EMPLOI, dont les conclusions confirment la professionnalisation des Conseillers avec aucune réserve sur la structure.

Le 25 juin, Thierry CRESPY prend la Direction de l’ESAT - Foyer de Meymac et de l’ESAT Transitionnel les Cévennes en remplacement de Gérard KEIRLE

Le 30 septembre, le premier AseActualités Annuel est envoyé par courriel à l’ensemble de nos partenaires avec pour objectif premier de communiquer ce que nous faisons dans nos différentes structures et ainsi de mieux nous faire connaître.

Le 6 septembre, Christian PEYCELON est élu Président à la suite de Jean RAMOUSSE qui a besoin de souffler après 22 années de présidence. Ce dernier reste le Vice Président de l’ASEA.

Le 5 novembre, Claudine PONCY donne sa démission de son poste de Directrice du FAM APRES. Le recrutement d’un nouveau Directeur pour la structure est lancé par le Directeur Général.

Le 28 novembre, le bureau retient la candidature de Christine FAURE comme responsable du Foyer d’Espaly pour remplacer Brigitte TURCAN qui prend sa retraite.

Le 6 décembre le Comité de Pilotage sur la démarche évaluative valide les dernières réactualisations du référentiel associatif et le référentiel annexe des Services d’Assistance Educative. Il fixe les périodes des autoévaluations des différents sites.

L’accord d’entreprise concernant la mutuelle santé obligatoire est signé le 11 décembre.

Le 17 décembre, le projet MECS «Les mauves» passe au CROSMS avec succès.

Le 18 décembre, les membres du bureau retiennent Lionel BALTHAZARD comme responsable de service aux Gouspins - Rochenégly et Catherine SANDJIVY comme future Directrice du FAM APRES




2008

Le 1er janvier, ouverture sur l’Espace Alex BROLLES du Service d’Activité de Jour pour 20 jeunes, les Gouspins et le Foyer de la Rochenégly deviennent un seul et même établissement de 56 mineurs.

Le 14 janvier, l’ASEA et la Croix Rouge Française se rencontrent pour élaborer les premières grandes lignes d’une convention réactualisée avec la volonté de travailler en partenariat. L’ASEA laisse un mi-temps de chef de service à la CRF.

Le 17 janvier, le Directeur Général annonce aux membres du Bureau la mise en place d’un intranet sur le site de l’Association qui est réservé aux Administrateurs, aux Directeurs, aux Cadres de Direction et aux Secrétaires de Direction.

Le 19 janvier, Christine FAURE prend ses fonctions au Foyer d’Espaly en tant que responsable de service.

Le 1er février, Catherine SANDJIVY prend officiellement la direction du FAM APRES.

La MECS «Les Mauves» ouvre officiellement ses portes sur l’Espace Alex BROLLES sous la responsabilité éducative de Carole BOREL.

Le 18 mars, l’ASEA signe une convention de partenariat avec l’ADAPEI, OVIVE et l’Association AURORE pour la mise en commun de moyens techniques et humains dans le cadre d’actions attachées à l’objet sportif de l’Association Aurore.
Le 10 avril, le Comité de Pilotage sur la démarche évaluative valide les modifications apportées au référentiel associatif retravaillé avec Ali BOUKELAL.

La nouvelle convention ASEA - Croix Rouge Française est signée le 30 avril en présence du Conseil Général, des salariés du SAVS et du futur Chef de Service.

Le 6 mai, première réunion du Comité de Pilotage sur la Gouvernance associative qui a pour objectifs de toiletter le Projet associatif, de réfléchir quant à l’idée de CPOM (Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens)
et de revoir les modes de gouvernance pour s’adapter aux enjeux de demain.

Le 13 mai, Laurence MALOSSE recrutée à la fois par l’ASEA et la CRF, prend ses fonctions de chef de service du SAVS.

Le vendredi 6 juin, l’Association inaugure l’Espace Alex BROLLES, le FAM APRES et la MECS les Mauves en présence de la famille BROLLES, d’hommes politiques et de nombreux invités.

Le 20 juillet, lancement d’un appel d’offres national pour le service SAMETH

Le 9 octobre, lors de la seconde réunion du Comité de Pilotage sur la gouvernance associative, le Directeur Général présente la méthodologie pour une réflexion globale sur le Projet associatif.
Deux groupes de réflexion sont mis en place à l’issue de la réunion comprenant chacun des administrateurs, des cadres et un représentant des élus.
Le premier aura plus une sensibilité handicap et le second s’intéressera plus à la Protection de l’Enfance.

Le 20 novembre, la proposition de l’ASEA pour le SAMETH 43 est retenue par l’AGEFIPH pour un marché de 3 ans.


trait

 
2009


Le SESSAD à 25 places, validé par le CROSMS du 9 avril 2009, s’est externalisé sur le centre ville, au 2 rue Pierret, au cours du dernier trimestre 2009. La montée en charge de ce service est progressive. Il sera plein à la rentrée scolaire de 2010/2011.

Au niveau de l’établissement des Gouspins/Rochenégly, deux appartements ont été fermés successivement. Le premier, dans le cadre d’une réorganisation générale de la structure, permettant la redistribution des salariés concernés par cette fermeture
sur les autres appartements, améliorant ainsi la qualité des interventions. Le second appartement a été fermé au mois de juillet 2009 du fait du nombre important d’éducateurs en arrêt maladie et du manque de jeunes accueillis,
l’effectif est alors passé de 45 jeunes provisoirement sur les 54 autorisés. Cet appartement a rouvert ses portes seulement au mois de mars 2010 avec des jeunes de 10 – 14 ans.


2010

Le SESSAD de 25 places, validé lors du CROSMS du 9 avril 2009 et externalisé sur le centre ville au 2 rue Pierret, au cours du dernier trimestre 2009, a effectué son premier budget en année pleine.

Le décret n° 2010-1084  du 15 septembre 2010 autorise pour le foyer d’accueil médicalisé « APRES » une aide au transport concernant les 12 personnes en accueil de jour. Elle représente 5138 € pour 6 mois et par personne et cela en sus des forfaits soins des FAM.

Au niveau des Gouspins-Rochenégly :
Le groupe « Les Vallons » à Espaly a rouvert au cours du mois de mars 2010.

Ouverture de l’appartement « Les Prés » sur l’espace Alex BROLLES le 29 mars 2010 avec des enfants de 10 à 14 ans. Ce groupe mutualisera ses moyens, entre autre pour les veilleurs de nuit, avec la maison d’enfants «  les Mauves » qui se trouvent sur le même espace.

Les dérogations aux principes comptables auxquelles aboutissaient l’application du plan comptable institué par l'arrêté du 14 novembre 2003 dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux privés, ont été supprimées par la mise en place de retraitements des comptes administratifs.

Les retraitements des comptes administratifs pour aboutir aux comptes annuels de l’association ont été les suivants :

Ÿ annulation des dotations et reprises de provisions non conformes au Règlement n° 2000-06 du CRC

Ÿ annulation par les capitaux propres des provisions constituées antérieurement et non conforme au Règlement n° 2000-06 du CRC

Ÿ annulation des dotations pour provisions réglementées

Ÿ annulation des provisions pour aides ZRR (ESAT Meymac)

Ÿ retraitement des reprises de résultats administratifs en report à nouveau

Ÿ comptabilisation des provisions pour indemnités de départ à la retraite.

2011

L’association a répondu au projet d’accueil externalisé présenté par le Conseil général et cela à budget constant, dans le cadre d’une restructuration interne. Le conseil général a retenu notre projet.
La commission technique associative a validé le projet d’accueil externalisé le 26 avril 2012 :

  • Ouverture au 1er septembre 2011 du service d’accueil externalisé dont les bureaux se trouvent sur l’espace Alex Brolles à Mons – Le Puy en Velay. Il fonctionne avec une équipe de 3 éducateurs pour 20 jeunes de 0 à 20 ans.
  • Fermeture du foyer le Petit Vienne au 31 août 2011.
  • L’un des groupes des Gouspins-Rochenégly (les Vallons) intègre les locaux du Petit Vienne au 1er septembre 2011.

Le Cap emploi a été audité. L’ASEA a reçu la réponse de l’audit le 3 mai 2011. Le CPR (Comité paritaire régional) a exprimé toute sa satisfaction de constater que le Cap emploi que nous gérons, obtienne la note finale du 15,9 sur 20 
: « Nous nous situons au-dessus de la moyenne nationale (14,6) et au-dessus de la moyenne régionale (14,8) ».
La décision du CPR est un reconventionnement de notre Cap emploi à compter du 1er juillet 2012. La durée du conventionnement n’est pas indiquée, à priori, elle serait de 3 ans, voir 5 ans.

Le SESSAD de 25 places ouvert au 1er septembre 2010 a effectué sa première année pleine en 2011.
De même le FAM APRES a effectué sa première année pleine avec la subvention au transport des personnes en accueil de jour (123 312 €) ce qui a permis l’achat de 2 véhicules et le recrutement de 2 chauffeurs qui interviennent en partie dans l’animation des usagers.

A noter aussi le contentieux pour le Foyer de Meymac avec le Conseil général de l’Allier, du fait d’une interprétation différente du code de la famille : 

  • Il refusait de s’aligner sur le règlement de fonctionnement du Conseil général de la Haute-Loire et nous devait des prix de journée  depuis 2010 à maintenant, environ 5 000 €
    tout en nous demandant un rappel de 6 000 €.
  • La démarche en contentieux lancée avec le Conseil général de la Haute-Loire a amené le Conseil général de l’Allier à revenir sur ses positions le 31 décembre 2011.

Suite au futur départ de Ronald TURCAN en 2013, le choix a été fait de récupérer son appartement pour y installer la future Direction générale.

Le bureau du 23 juin 2011 a validé le projet pôle bois pour près d’un million d’euros, s’inscrivant dans la logique de rapprochement de l’ESAT de Meymac et celui des Cévennes, effectif au 1er janvier 2012.
Le projet conduira à développer  la filière bois autour de trois activités :

  • La fabrication de palette
  • Le broyage de plaquettes pour les besoins de notre établissement et celui de la commune
  • Et la production et la livraison de buche à domicile.

Le SAE a envoyé son projet MJIE (Mesures judiciaires d’investigation éducative) à la Direction Interrégionale de la Protection judiciaire de la jeunesse à Lyon. Cette nouvelle mesure d’investigation remplace les IOE et les enquêtes sociales. L’association a été habilitée depuis et avec du retard pour les IOE et enquêtes sociales... —–  —– 

Les dérogations aux principes comptables auxquelles aboutissaient l’application du plan comptable institué par l'arrêté du 14 novembre 2003 dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux privés, ont été supprimées par la mise en place de retraitements des comptes administratifs.

Les retraitements des comptes administratifs pour aboutir aux comptes annuels de l’association ont été les suivants :

Ÿ annulation des dotations et reprises de provisions non conformes au Règlement n° 2000-06 du CRC

Ÿ annulation par les capitaux propres des provisions constituées antérieurement et non conforme au Règlement n° 2000-06 du CRC

Ÿ annulation des dotations pour provisions réglementées

Ÿ annulation des provisions pour aides ZRR (ESAT Meymac)

Ÿ retraitement des reprises de résultats administratifs en report à nouveau

Ÿ comptabilisation des provisions pour indemnités de départ à la retraite.

2012


  1. La fusion des deux ESAT, Meymac et les Cévennes, est effective depuis le 1er janvier 2012.
  2. L’association a répondu à un appel d’offre du Sameth au cours du mois de mars 2012. Le marché nous a été attribué le 6 juin 2012 pour une exécution au 2 juillet 2012.
  3. Le SIE (Service d’investigation éducative) a été autorisé le 7 février 2012 pour 91 MJIE (Mesure judiciaire d’investigation éducative).
  4. Jean-Louis MIRAMAND a été retenu par le Bureau pour prendre la Direction du pôle des Cévennes au 23 juillet 2012. Il remplace Ronald TURCAN qui a demandé à prendre son droit à la retraite.
    Ronald TURCAN est depuis le 1er août 2012 et jusqu'au 30 septembre 2013, salarié de l'ASEA mais consomme ses heures de congés payés et de compte épargne temps.


2013
Emmanuel RODRIGUES a pris la direction du Cap Emploi et du Sameth le 14 janvier 2013 succédant ainsi à Christiane CHEVALIER. Celle-ci est partie officiellement à la retraite le 31 juillet 2013.

Une extension du bâtiment où sont hébergés les deux services (Cap Emploi SAMETH) a été réalisée au cours de l’année 2013, Les travaux ont débuté en mai après que la commission patrimoine ait validé le projet d’agrandissement des locaux le 23 janvier 2013.
Ce bâtiment qui appartenait auparavant à la
MECS « Les Gouspins » a été cédé à Cap Emploi qui en est devenu propriétaire. Le coût des travaux s’élève à environ 150 000 €.

Le SAM, Service d’Accompagnement à la Vie Sociale de Meymac, a ouvert le 1er janvier 2013 pour 22 adultes. Cette création est liée à la transformation de l’autorisation du Foyer de Meymac de 70 à 63 places.
Huit appartements privés situés Boulevard Gambetta au Puy en Velay fonctionnent en lien avec le SAM.

Une nouvelle convention entre l’ASEA et la CRF a été signée le 5 février 2013. Elle est effective depuis le 1er septembre 2012. Elle a permis de redéfinir les modalités d’organisation et de mutualisation entre les deux associations.
Laurence MALOSSE
est devenue Directrice adjointe le 1er septembre 2013.

En avril 2013, le Foyer d’Insertion Professionnelle d’Espaly a été renommé et s’appelle désormais « Les Apparts d’Espaly ».

Le siège administratif a déménagé début juillet sur le site de l’IME Les Cévennes, dans un ancien appartement de fonction qui a été rénové à cet effet. Le coût des travaux est supérieur à celui présenté au BP 2013.
L’opération a un coût d’environ
170 000 € honoraires d’architecte inclus.

Le bureau du 25 mars 2013 a retenu la candidature de Marie-Josée TAULEMESSE pour remplacer Alain MORNAND à la direction générale de l’Association. Celui-ci a fait valoir ses droits à la retraite le 31 août 2013.
Marie-Josée TAULEMESSE a pris ses fonctions le 26 août. Elle était auparavant directrice du Service d’Assistance Educative.
Elle a été remplacée le 19 août par
Laurence MALOSSE. C’est Fannie MAROTINE qui a assuré la succession de Laurence MALOSSE au SAVS et à la Maison Relais en qualité de chef de service.

Ronald TURCAN a fait valoir ses droits à la retraite le 30 septembre 2013, il était remplacé depuis le 23 juillet 2012 par Jean-Louis MIRAMAND au poste de directeur du « complexe des Cévennes ».
Au cours de l’année 2013, des travaux d’isolation thermique et de rénovation ont débuté à l’IME.

Les cabinets ID§ES et SEM qui avaient été retenus le 21 janvier 2013 pour réaliser les évaluations externes de certains établissements et Services de l’Association ont débuté leurs interventions en septembre au
Foyer/ESAT de MEYMAC puis à l’IME Les Cévennes et au SAVS. Un comité de suivi de la démarche a eu lieu le 26 novembre 2013.
La Directrice Générale a pris la décision, en accord avec le bureau, d’élargir le périmètre de leur intervention à tous les établissements et services de l’Association sans prendre en compte les dates de création de ceux-ci,
pour une meilleure cohérence du calendrier associatif.